Publicité / Vos Liens Sponsorisés
Gestion - Créer votre Blog - Prochain Blog

Le Plaisir est le bien unique et suprême dans la vie

Recherche
Plus
Liste de diffusions

La tricot-thérapie: une méthode qui a fait ses preuves

mardi 03 février 2009 à 08h09:32 GMT 1.00
Le tricot permet à une femme de penser à autre chose pendant que son mari parle [Sacha Guitry]  
Nombreuses sont celles qui ont dans leurs souvenirs l’image de grand-mère tricotant devant la cheminée où brûlent quelques grosses bûches, les deux chatons de la dernière portée jouent avec les pelotes de laine sous le regard somnolant de leur mère. Dehors il continue à neiger. Seul le feu et les ronronnements viennent troubler le silence de l’après midi. Une ambiance qui détend, on s’assoupit sans trop de peine.
   Mais depuis le tricot est tombé en désuétude. Les maisons ont perdu leur panier de tricot, les aiguilles et les pelotes de laine, les chats ne jouent plus, les enfants se réchauffent les pieds dans des chaussons fabriqués à la chaîne en Chine. Sans le savoir grand-mère derrière ses aiguilles et son tricot qui avançait gérait les soucis du quotidien, les soucis qu’on définit aujourd’hui comme du stress qui, mal géré, laisse des conséquences souvent fâcheuses.
On peut penser que tricoter demande un effort physique et intellectuel important. Ce n’est que des idées reçues. Les premiers pas peuvent s’avérer un peu « énervant » : je ne sais pas comment tenir les aiguilles, je rate les points, etc. Il n’est pas question de réussir un pull en maille torsadée, mais de tricoter, en maille de base, d’interminables échantillons s’il le faut.
Le cerveau va se concentrer sur le mouvement des mains manipulant les aiguilles et le fil, sur les mailles, votre corps va se détendre, et petit à petit, comme en méditation, des images et des pensées vont commencer à affluer. Laisser les venir à vous. Ne rejeter rien. Une pensée repoussée revient toujours plus insistante. Pour les personnes qui arrêtent de fumer tricoter en une bonne thérapie comportementale. Le geste de fumer occupe la main. Ce geste conditionne notre cerveau, devient un réflexe (acquis) qui permettra beaucoup de temps à disparaître.   Au lieu de mâchouiller son crayon ou e se ronger les ongles, tricoter aide à se détendre en occupant le cerveau (qui continue à penser au "bon vieux temps quand fumer ne tuait pas encore").   Toutes les addictions sont servies, les boulimiques en premier. Un problème qui touche beaucoup de femmes. De l’hyperphagie au grignotage quand on s’ennuie ou quand on a un souci. Un ouvrage à portée de main, et on occupe ses mains et ses pensées qui ne se dirigeront plus vers le frigo. Même en dehors d’une situation étouffante, le tricot permet de souffler.   Au travail, tricoter une dizaine de minutes permet de repartir d’un bon pas, l’esprit plus serein et le corps détendu. Jadis vieillot, tricoter devient un phénomène de mode. Des ateliers et même des cafés-tricot et des tricot-thés ont poussé permettant aux passionnés de se réunir, de partager leurs expériences, leurs soucis et leurs solutions. Les hommes aussi se sont mis au tricot, et ils s'en sortent vraiment bien.   Parce que la notion du stress est subjective et que les méthodes diffèrent d’une personne à l’autre (comme l’homéopathie, chaque organisme choisit ce qui lui convient le plus), les techniques de gestion du stress diffèrent aussi. Comme pour un régime amaigrissant où il faut adopter une nouvelle (bonne) conduite alimentaire, faire de l’exercice physique, se détendre pour ne pas craquer, etc., gérer un stress c’est pareil ; il faut souvent jongler entre différentes t [...]


0 Commentaire [Lire] [Écrire]

HR

Les odeurs: un souvenir enfoui qui refait surface

jeudi 29 janvier 2009 à 13h41:11 GMT 1.00
 
Les parfums sont de puissants magiciens pouvant vous transporter au travers des années que vous avez vécues. [Helen Keller]
 
 
 
Quoi de plus évanescent qu’un parfum? Quoi de plus fugace qu’un souvenir? Pourtant, certaines bribes d’images, certaines lumières sont comme certaines odeurs, inoubliables. La suite Parfum de mémoire est basée sur ce qui reste d’un geste, d’un passage, d’une présence après qu’on eût oublié. Le flou, l’imprécis, y sont employés en parallèle avec des éléments plus identifiables sur lesquels le focus se fait, mais c’est ce qui n’est qu’évoqué qui porte la présence…ou ce qu’il en reste.
 
 
 
 
 
 
 
Il suffit parfois d’une simple odeur pour raviver en nous des souvenirs qu’on croyait oubliés. En effet, la mémoire olfactive est la seule mémoire en connexion directe avec notre « moi », sans aucun besoin d’interprète pour faire la corrélation : l’effet est immédiat.
 
La mémoire olfactive est la mémoire la plus ancienne chez l’être humain. L’olfaction est la première relation que le nouveau-né entretient avec son entourage, sa mère notamment. C’est grâce à la mémoire olfactive qu’il va pouvoir retrouver ses repères, reconnaître sa mère.
 
La mémoire olfactive est innée et indépendante des autres mémoires (visuelle, tactile, auditive). Une odeur peut, sans être associée à des souvenirs matériels, nous engloutir sous des flots de nostalgie parce qu’elle déclenche des émotions et des sensations (et éventuellement des images) puissantes avant même que nous n’ayons eu le temps de les étiqueter.
 
La mémoire olfactive est d’une grande longévité en comparaison avec les autres mémoires. En plus, elle n’a pas besoin d’être entretenue (l’olfaction si). Le nez engrange en permanence des images olfactives qui nous marquent d’avantage que les mots, les couleurs, les sons. C’est pour cette raison que les odeurs font, généralement, partie des souvenirs les mieux retenus.
 
La corrélation entre les odeurs et les émotions ressenties expliquerait les choix de parfums qui diffèrent en fonction des individus, des étapes de la vie, même chez les jumeaux homozygotes (vrais jumeaux).
 
En plus de la mémoire olfactive innée vient s’ajouter la mémoire olfactive « acquise », cette dernière constamment en évolution avec nos découvertes et nos expériences. Le parfum alors devient plus qu’une simple odeur agréable qu’on porte sur nous. C’est une partie de notre identité révélant un passé mystérieux qu'on croyait oublié.
 
 
Illustratio: Parfum De Mémoire: Guy Langvin, gravure à la manière noire, peinture et photographie


0 Commentaire [Lire] [Écrire]

HR

Roulez bien assuré sans se ruiner.

mercredi 21 janvier 2009 à 17h24:09 GMT 1.00




Article sponsorisé 

Roulez bien assuré sans se ruiner est enfin à la porté  de tous.

Avec la baisse du pouvoir d’achat, le low-cost n’a jamais eu autant de succès. Les assurances ont bien compris l’intérêt de suivre. Mais low-cost rime souvent avec une économie sur les avantages.
Direct Assurance c’est jusqu’à 30% d’économie par rapport aux autres assurances sur le marché avec un maximum d’avantages client. Que vous soyez nouveau client ou l’un de nos 600.000 clients fidèles, c’est votre confort et votre sécurité qui priment.
Direct Assurance : C’est le meilleur rapport qualité prix. Pour les mêmes prestations, chez Direct Assurance l'assurance auto coûte ainsi 256 euros par an et 362 euros chez un autre assureur pour un modèle de Peugeot 106 diesel, dont le conducteur a eu un sinistre en 2007. Une seconde compagnie d'assuirances arrive loin derrière avec une offre à 431 euros, d'après le comparateur Assurland.

Direct Assurance : rapidité et efficacité des interventions : Une prise en charge rapide et une mise d’un véhicule à disposition pour que le client reste mobile même en cas d’accident.

Direct Assurance, c’est une très grande disponibilité pour une plus grande liberté de l’assuré. Plus question d’attendre des heures, les chargés de clientèle direct assurance vous répondent sur de larges plages horaires.

Direct Assurance, des prix compétitifs : jusqu’à  30% sur votre assurance auto En plus jusqu’au 15 Avril 2009 si vous trouvez moins cher ailleurs, Direct Assurance vous offre 2 fois la différence.

N’hésiter pas, faites votre devis assurance en ligneou appelez le 0800970432 (appel gratuit depuis un poste fixe).
Choisir Direct Assurance l'assurance auto, c’est rouler en toute sérénité.


0 Commentaire [Lire] [Écrire]

HR

Le pied d'athlète: une dermatose du pied à ne pas négliger

mercredi 21 janvier 2009 à 12h30:16 GMT 1.00
  Mieux vaut prévenir que guérir
Le pied d’athlète ou intertrigo inter-orteil est une infection fongique (dermatophytose) due à un champignon, qui touche habituellement la peau située entre les orteils. Les 3ème et 4ème espaces inter-orteils sont les plus fréquemment touchés.
Prévalence : Le pied d’athlète est une infection courante dont il n’est pas si facile de guérir. 10 % à 15 % de la population vit ce problème au moins une fois au cours de sa vie. Il survient rarement avant la puberté. Les récurrences sont nombreuses si l’on n’y porte pas une attention particulière et si l’on ne se débarrasse pas complètement des champignons une fois les symptômes éliminés. Causes : L’espace inter-orteil étant clos entraîne un microclimat chaud et humide propice au développement des champignons. Facteurs favorisants : Le port de chaussures fermées (tennis, chaussures de sécurité, …), la transpiration excessive, la fréquentation de locaux communs (salle de sport, piscine, salle de bain familiale, hammam) favorisent l’apparition de ces intertrigos. La contamination est le plus souvent indirecte par l’intermédiaire des sols humides, ce qui donne un caractère souvent familial aux dermatophytoses des pieds et pose donc souvent des problèmes de chronicité ou de réinfection si on ne prend pas le soin d’examiner (ou de faire examiner) toute la famille. Personnes à risque: Les personnes souffrant d’hyperhidrose (transpiration excessive), les diabétiques, les personnes atteintes d’un déficit immunitaires (congénital ou acquis) ont plus de risque de contracter cette infection aux complications parfois graves selon le terrain et la prise en charge. Symptômes: Le pied d’athlète débute par un discret érythème. Au stade initial, la lésion est le plus souvent asymptomatique et passe donc inaperçue. L’apparition ultérieure de vésicules ou de bulles provoque un prurit intense qui peut être le symptôme révélateur de l’intertrigo, parfois même de façon très explosive. Rapidement, la lésion se modifie, se fissure, desquame et finalement devient macérée, avec apparition à long terme d’une couche de couenne blanchâtre plus ou moins épaisse selon l’ancienneté de la lésion. Le développement centrifuge (en tâche d’huile) de la lésion est évocateur en lui-même et laisse une impression de guérison centrale, avec des limites érythématosquameuses nettes et arciformes, facile à voir sur le dos du pied, souvent très prurigineuses. La lésion s’accompagne souvent d’une odeur nauséabonde qui se dégage du pied.
Intertrigo inter-orteil Complications: 1. La cellulite bactérienne : infection du tissu cellulaire sous cutanée. Complication redoutable. 2. L’ulcère : s’observe à un stade avancé. Le risque essentiel est la surinfection et les séquelles à long terme. 3. L’onychomycose : infection fongique de l’ongle pouvant entraîner la destruction de l'ongle. 4. Les cloques : ce sont des vésicules remplies de liquide. Leur risque est la surinfection. 5. La récidive : c’est la complication la plus fréquente. Les récurrences sont nombreuses même en cas de traitement bien mené. Le pied d’athlè [...]


0 Commentaire [Lire] [Écrire]

HR

Les bienfaits de l’allaitement maternel

dimanche 11 janvier 2009 à 11h01:18 GMT 1.00
  La femme n'allaite pas l'enfant, mais la destinée. [Paavo Haavikko]
Les scènes d’allaitement sont nombreuses dans nos musées, des statuettes égyptiennes d’Isis à la Vierge Marie donnant le sein à l’Enfant Jésus. Si le biberon nous donne une sensation de liberté, l’allaitement au sein présente de nombreux avantages. Pour la mère comme pour l’enfant, les vertus de l'allaitement ne sont plus à démontrer.         Pour bébé :  Apport nutritionnel : Le lait maternel est adapté aux besoins et au métabolisme du petit d’homme. La composition du lait varie pendant la lactation. On distingue le colostrum (1er au 6ème jour), le lait de transition (6ème au 14ème jour) et le lait mature après le 14ème jour. Le lait maternel est beaucoup mieux toléré par le tube digestif du bébé. Apport sanitaire : Depuis longtemps on sait que les enfants nourris au sein sont plus résistants aux maladies. Le lait maternel est riche en immunoglobulines (IgG, IgM, IgA), assurant à bébé une protection contre les attaques du monde extérieur (qui sont indispensables pour lui permettre de développer son propre système immunitaire). Les bébés nourris au sein sont plus résistants aux infections et présentent moins d’allergie. L’allaitement au sein assurerait une protection contre certaines maladies chroniques comme le diabète, contre certains cancers et contre l’obésité. L’acuité visuelle et le développement cognitif seraient meilleurs chez les enfants nourris au sein. Apport affectif : L’allaitement est un moment d’échanges privilégié entre la mère et son enfant, permettant de renforcer les liens affectifs. De nombreux psychologues insistent sur l’importance de l’allaitement sur le développement psychoaffectif du nourrisson. Pour maman :

Protection des saignements du post-partum : L’ocytocine, hormone produite par le cerveau suite à la stimulation du mamelon, permet la contraction de l’utérus, diminuant ainsi le risque de pertes sanguines importantes après l’accouchement, et donc d’anémie chez la mère. Protection du cancer du sein : Il est bien établi que l’allaitement au sein diminue le risque de développer un cancer du sein. Ce risque est diminué avec l’âge et la durée globale de l’allaitement. Un allaitement précoce permet une meilleure protection. Une femme qui allaite trois enfants sur une durée de 6 mois pour chaque allaitement est mieux protégée qu’une femme qui allaite un seul enfant durant 10 mois. Allaiter aide à perdre du poids : La production du lait par la glande mammaire entraîne une dépense énergétique de l’ordre de 500-800 Kcal par litre de lait. Associé à une alimentation équilibrée et une activité physique adéquate, l’allaitement permet de se débarrasser des kilos gagnés durant la grossesse. Et l’affaissement des seins ? Alors que les bénéfices de l’allaitement sont incontestables, de nombreuses femmes choisissent de ne pas allaiter de peur de voir leurs seins s’affaisser. Une étude a démontré que l’allaitement à lui seul, n’a pas d’impact sur la forme des seins d’une femme. Par contre, l’indice de masse grasse (IMG), le nombre de grossesses, une taille importante de soutien-gorge avant la grossesse, le tabagisme et l’âge étaient des facteurs significatifs d’augmentation du degré d’affaissement des seins. Bénéfice psychologique : L’allaitement, moment intime mère-enfant, permet à la maman d’échapper, le temps d’une tétée, au stress du quotidien pour se relaxer, son enfant dans ses bras. L’allaitement est une bonne thérapie douce contre le stress, diminuant le risque de dépression. Pour le budget aussi : L’allaitement au sein a des avantages économiques qui ne sont pas

[...]


0 Commentaire [Lire] [Écrire]

HR
    [1] 2 3 Articles
antérieurs
»

 Gestion du Blog Conçu par : DynamiqueGestion