Publicité / Vos Liens Sponsorisés
Gestion - Créer votre Blog - Prochain Blog

Le Plaisir est le bien unique et suprême dans la vie

Recherche
Plus
Liste de diffusions

Chouchouter les peaux grasses

mercredi 07 janvier 2009 à 08h07:28 GMT 1.00


Les peaux grasses se caractérisent par une sécrétion excessive de sébum. Ceci est responsable de l’aspect brillant de la peau (si domination centrale on parle de peau mixte). Cet excès de sébum peut entraîner une obstruction du canal de drainage des glandes sébacées, responsable des points blancs (sébum), rouges (par inflammation) pouvant s’infecter (folliculite) et des points noirs.

Si le sébum constitue une barrière naturelle protégeant la peau contre les agressions extérieures, son excès rend la peau sujette aux imperfections nécessitant des soins particuliers.

Les gestes simples :

- Nettoyer sa peau matin et soir avec un produit doux sans alcool.

- Exfoliez une fois par semaine par des gestes circulaires sans trop insister pour éviter d’agresser la peau.

- Hydratez : optez pour les gels, les laits, ou les crèmes spéciales peaux grasses. Une protection solaire d’au moins 15 est nécessaire.

- Appliquez un régulateur de sébum: la nuit optez pour un produit régulateur de la sécrétion de sébum. Une recette simple est efficace est obtenue en mélangeant dans un flacon en verre : 50 ml d’huile de noisettes bio, 15 gouttes d’HE de lavande, 10 gouttes d’HE de tea tree, 10 gouttes d’HE de lemongrass. Bien mélanger. Gardez à l’abri de la lumière. Le soir, appliquer quelques gouttes de cette huile sur votre visage en massant. L’huile de noisettes a la propriété de réguler les sécrétions sébacées, l’HE de tea tree et de lemongrass ont des propriétés anti-inflammatoires et antiseptiques, l’HE de lavande aide à la relaxation.


0 Commentaire [Lire] [Écrire]

HR

Le mariage forcé: le droit de dire NON

mardi 25 novembre 2008 à 13h55:56 GMT 1.00
« Toute personne a le droit de se marier et de fonder une famille sans aucune restriction quant à la race, la nationalité ou la religion. Le mariage ne peut être conclu qu’avec le libre et plein consentement des futurs époux. » Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Article 16.

A l'occasion de la journée internationale contre les violences faites aux femmes, il est normal et même urgent de parler, une fois de plus, du mariage forcé, pour rappeler que même dans le pays de la liberté et de l’égalité, des femmes sont encore vendues, souvent sous le manteau. Parce qu’une fille n'existe réellement dans le regard de son père qu'en servante de la maison, prisonnière de sa chambre, et paquet-cadeau enrobé de virginité pour l'homme qu'il aura choisi.

Quand parle-t-on de mariage forcé ? Le mariage forcé est un terme utilisé pour décrire un mariage dans lequel une des parties (le plus souvent la femme) ou les deux, est marié contre son gré. Ce type de mariage est différent du mariage arrangé, dans lequel les deux parties consentent à être assistés de leurs parents ou d'une troisième partie pour trouver un(e) époux (épouse). La culture occidentale et l’ONU considèrent le mariage forcé comme une atteinte aux droits de l’homme par violation du principe de liberté. Très commun dans les classes aisées européennes jusqu'à la fin du XIIe siècle, le mariage forcé reste une pratique courante en Asie, au Moyen-Orient, en Afrique et en Europe de l'Est. Comment ça se passe ? Ce mariage se fait sous la contrainte. Ce sont les parents ou un membre de la famille qui choisissent le futur conjoint (que la fille peut ne pas connaître) et qui organisent le mariage. Le mariage est souvent organisé soit sans que les jeunes femmes n’aient été tenues au courant, soit qu’elles en étaient averties et tenté de contester sans que la famille en tienne compte. Conséquences - Répercussions physiques : - Violences physiques : Ces femmes sont souvent battues par les membres de leur famille (père, mère, frères) pour les forcer à subir un mariage. Après mariage, c’est le mari et sa famille qui prennent le relais. - Dépression : Fréquente dans le cadre du mariage forcé, peut aller jusqu’au suicide. - Répercussions psychologiques et sociales: Le mariage forcé est vécu avant tout comme un viol. Ceci peut entraîner une perte de la confiance en soi et envers les autres, détruisant l’identité de la personne ainsi que ses repères affectifs. - Le risque de conflits familiaux est fréquent avec une rupture avec la famille et l’entourage, pouvant aggraver une dépression. - Le mariage forcé est vécu comme une trahison de la confiance dans ses propres parents. Le jeune fille finit par se replier autour de « son lourd secret », ce qui explique que beaucoup de mariages forcés ne sont pas dénoncés. - La personne concernée est souvent tiraillée entre la révolte et la crainte de trahir les espoirs de la famille. Le mariage forcé et la loi: Même si dans le Code civil français, aucun article ne parle de mariage célébré sous la contrainte, il s’agit d’une pratique illégale puisque dans ce cas, le consentement des jeunes femmes n’est pas respecté. Mais, même en France, la loi ne suffit pas à protéger ce droit puisque la plupart de ces mariages restent encore sous le silence. Et les femmes « complices » ? Les femmes qui participent à ces agissements qui, au delà de l'aspect culturel, doivent être qualifiés « inhumains », témoignent du lavage du cerveau qu’elles ont subit depuis leur naissance, de la soumission à une société fermée au sein de laquelle elles n’ont qu’une place, celle de l’esclave. Très souvent elles n’ont pas d’autre choix que se plier aux ordres des mâles de leur f

[...]


0 Commentaire [Lire] [Écrire]

HR

Maladie d'Alzheimer: un nouvel espoir déchu

vendredi 21 novembre 2008 à 08h27:17 GMT 1.00
Des observations cliniques ont démontrés la réduction du risque de maladie d’Alzheimer chez des sujets sous anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS).
 
 
 
 
 
 
 
 
Une étude (ADAPT) randomisée en double aveugle, AINS versus placebo, a donc été conçue pour évaluer les effets de deux molécules, naproxène et célécoxib, 400 et 440 mg par jour, respectivement, sur le risque de maladie d’Alzheimer. Plus de 2 000 hommes et femmes âgés d’au moins 70 ans et ayant des antécédents familiaux de maladie d’Alzheimer ont été inclus dans cette étude et suivis au moyen de tests d’évaluation des performances cognitives. Comparativement au groupe placebo, les sujets sous anti-inflammatoire ont eu tendance à présenter de moins bons scores globaux. Ni l’un ni l’autre des anti-inflammatoires testés n’a amélioré les fonctions cognitives. La piste des AINS semble donc définitivement close.
 
Cf: Cognitive function over time in the Alzheimer's Disease Anti-inflammatory Prevention Trial (ADAPT): results of a randomized, controlled trial of naproxen and celecoxib.Arch Neurol. 2008 Jul;65(7):896-905.

mardi 25 novembre 2008Modifié le

0 Commentaire [Lire] [Écrire]

HR

Le Stretching pour vaincre stress et TMS (troubles musculo-squelettiques)

jeudi 20 novembre 2008 à 17h06:19 GMT 1.00
Dans notre quotidien on est constamment victimes de contraintes physiques ou psychologiques. Leurs répercussions sur notre corps et sur notre moral sont loin de passer sans laisser de traces.   Derrière son bureau, sur le chantier ou à la maison, des efforts excessifs, des gestes répétitifs, des positions pénibles, des mauvaises postures engendrent des microtraumatismes qui s’installent insidieusement. Les situations de stress, physique mais surtout psychiques, créent des tensions musculaires. On souffre de douleurs dans le dos, d’une tension dans la nuque, on a la sensation d’avoir un gros nœud entre les épaules, nos genoux nous font mal. Ce sont des signes de troubles musculo-squelettiques (TMS). A long terme et cumulés, ces petits bobos deviennent de véritables handicaps : douleurs insupportables, limitation de certains mouvements, perte d'énergie, absence d'ambition, perte de confiance en soi, dépression,... Les TMS : 1ère cause de maladie professionnelle
Toutes les parties du corps sont concernées, mais les TMS touchent essentiellement :
  • La colonne vertébrale avec le symptôme du mal au dos dont l'origine est souvent due à de mauvaises postures conjuguées avec les contraintes professionnelles.
  • Les membres supérieurs constituent actuellement les pathologies professionnelles de loin les plus répandues dans les pays industrialisés" (Source : INRS 2005).
  • Les membres inférieurs peuvent aussi être touchés du fait d’efforts excessifs et de mauvaises postures.
Le Stretching : bien dans son corps, bien dans son esprit
N’attendez pas que le stress devient étouffant et que les TMS se transforment en handicap pour faire du stretching: ces postures lentes, composées de gestes provenant aussi bien de la gymnastique traditionnelle ou du yoga, favorisent la détente et le retour au calme. Il n’y a pas d’âge pour commencer le stretching. Pour les personnes qui souffrent de TMS avancés ou de certaines maladies ostéo-articulaires, cardiaques ou d’épilepsie, il est conseillé d’en parler avec votre médecin et d’évitez certains postures. Le stretching est un sport « doux » ; il est recommandé de respecter les limites de son corps. Au fil de la pratique votre corps gagnera en souplesse, vos muscles en tonicité et vos mouvements en amplitude et en fluidité. Le Stretching a deux objectifs principaux :
  • L'assouplissement : Un bon étirement, lent de préférence, doit succéder à un échauffement global qui fait travailler fermement les grands muscles du corps durant quelques minutes afin de les rendre chauds et souples.
  • La relaxation : Le principe de base est l'"étirement passif". Tous les exercices se déroulent en douceur. C'est la respiration qui commande le geste, et tout doit s'accomplir en douceur. Si vous vous concentrez sur votre respiration, vous vous rendrez compte très vite que les tensions musculaires se relâchent.
< [...]


0 Commentaire [Lire] [Écrire]

HR

Ma peau n'aime pas l'hiver

jeudi 20 novembre 2008 à 16h47:44 GMT 1.00
On pense plus souvent à sa peau en été pour l’oublier ou presque en hiver. Pourtant, la saison froide est aussi redoutable pour votre peau. Le froid, le vent, l'air sec, les intérieurs surchauffés, le soleil hivernal, sont tous des éléments qui contribuent au déséquilibre du film hydrolipidique cutané. Il s’avère donc essentiel de rétablir artificiellement l’équilibre de ce film et d’apporter à notre corps des solutions pour lui permettre de lutter contre ces agressions.           Voici quelques solutions à adopter en saison froide, jusqu’à en faire des reflexes du quotidien: · Protégez la peau du visage et du cou avec une crème adaptée à votre type de peau et aux exigences de l’hiver. Les crèmes riches en magnésium apportent protection et éclat. · Appliquez vos soins matin et soir. · Protégez votre peau du soleil en optant pour des crèmes à IP 15-20. En cas d’exposition massive au soleil, de traitement photo-sensibilisant (certains antibiotiques, les rétinoïdes, etc.) utilisez un écran total. · Nourrissez votre peau durant la nuit avec une crème adaptée particulièrement hydratante pour compenser les pertes d’hydratation dues à l’air sec du chauffage. · Nettoyer votre visage avec des produits doux et des lotions sans alcool pour ne pas déshydrater davantage votre peau. · Pensez à faire un gommage une fois par semaine. En éliminant les cellules mortes qui ternissent le teint il apporte éclat et facilite la pénétration de votre soin. · N’oubliez pas mains de protéger vos mains avec des crèmes et des gants. Profitez de la nuit pour nourrir votre peau en utilisant une crème plus riche. · Les lèvres sont très sensibles au froid. Leur peau fine et l’absence de film lipidique pour les protéger les rendent particulièrement fragiles. Protégez les avec des baumes spécial-froid. N’hésitez pas de les tartiner de miel qui a des vertus nutritives et réparatrices, à condition de ne pas succomber à la gourmandise. · Si l’été nos cheveux sont agressés, c’est aussi vrai en hiver. Pensez à les laver fréquemment avec un shampoing doux. Offrez-leur une fois par semaine un masque nourrissant. · Evitez de précipiter sous une douche bien chaude car, si elles ont le pouvoir de vous réchauffer, elles peuvent aussi assécher votre peau du fait qu'elles ont tendance à priver la peau de ses huiles naturelles, la laissant chaude mais sèche par la même occasion. Continuez plutôt à prendre des douches chaudes mais qui ne durent pas longtemps. Séchez-vous avec votre serviette et tant que votre peau est encore légèrement humide, appliquez une crème hydratante ou une huile en insistant sur les endroits où la peau est rêche (coudes, genoux, chevilles). · N’oubliez pas vos pieds. Ce n’est pas parce qu’on porte toujours des chaussures fermées qu’il faut les oublier jusqu’au retour des beaux jours. Gommages, massages, crèmes nourrissantes, les pieds méritent qu’on leur prête attention. · Buvez : de l’eau plate ou pétillante, des tisanes, des jus de fruits frais. L’hydratation commence de l’intérieur. Évitez de consommer fréquemment des alcools forts. · Le tabagisme nuit à la peau. Toutes les études ont démontré que le tabagisme actif mais aussi passif agresse la peau de l’intérieur mais de l’extérieur aussi. · Faites attention à ce que vous manger. C’est par l’intérieur qu’on apporte le meilleur pour son corps, et pour sa peau. en hiver n’hésitez pas à mettre des omégas 3 dans votre assiette. Les fruits apportent des fibres et les légumes des vitamines essentielles pour la santé de notre peau. · Pensez à humidifier : Le chauffage assèche l’air intérieur et contribue à l’assèchement de la peau. Utiliser un humidificateur ou placer un récipient contenant de l’eau sur les radiateurs (à ne pas utiliser sur les radiateurs électriques). Vous pouvez y rajouter quelques gouttes d’huile essentielle de votre choix. Suivre ces conseils tout au long de l'hiver protégera votre peau contre les gerçures, crevasses et irritations que peut provoquer un hiver rigoureux, où air sec et vent sont combinés. [...]


0 Commentaire [Lire] [Écrire]

HR
« Articles
ultérieurs
1 [2] 3 Articles
antérieurs
»

 Gestion du Blog Conçu par : DynamiqueGestion